Le Kamouraska, d’hier à aujourd’hui

webmestre

  • Version
  • Taille du fichier 161 Ko
  • Date de création 29 mars 2021
  • Dernière mise à jour 26 avril 2022

Le toponyme kamouraska proviendrait de l’algonquin akamaraska signifiant « il y a du jonc au bord de l’eau ». Si ce nom identifie d’abord un site, il désigne ensuite une seigneurie, une paroisse religieuse, une municipalité, et enfin une municipalité régionale de comté. Avant la colonisation, ce territoire constitue un milieu propice pour la pêche et la chasse. En l’absence de grandes voies d’eau intérieures, il semble que les différents peuples autochtones ne fréquentent que sporadiquement cette partie de la Côte-du-Sud. Malgré la faible densité de population, la région participe tout de même, par ses ressources, au développement des groupes autochtones. Lacolonisation du territoire s’amorce vers la fin du XVIIe siècle. Les premières concessions seigneuriales sont celles de la Bouteillerie (Rivière-Ouelle), de la Grande-Anse (La Pocatière) et Islet du Portage (Saint-André) en 1672, de Kamouraska en 1674, et du fief de Saint-Denis en 1679.

Les premiers établissements permanents apparaissent vers 1680. Les arrivants défrichent et s’installent sur les terres les plus riches et fertiles du territoire, soit sur la plaine littorale. Vers 1790, environ 1500 personnes habitent cet espace. Le Kamouraska constitue dès lors le milieu colonisé situé le plus en aval du fleuve.


Télécharger