Faits divers se rapportant à l'histoire du Conseil de comté de Kamouraska

Saviez-vous qu’à l’origine, les 11 municipalités fondatrices du Conseil de comté de Kamouraska sont Ixworth (Saint-Onésime), Mont-Carmel, Rivière-Ouelle, Saint-Alexandre, Saint-André, Saint-Denis, Saint‑Louis (Kamouraska), Saint-Pacôme, Saint-Pascal, Sainte-Anne-de-la-Pocatière et Sainte-Hélène?

Saviez-vous qu’à l’époque, le feu demeure un ennemi ? En effet, le Palais de Justice, où se tinrent pour un temps les réunions du Conseil de comté, connaît deux incendies. Le premier, celui de décembre 1862, détruit la cour de justice, les deux prisons, les bureaux du protonotaire et celui du shérif de Kamouraska. Cet incendie prend naissance dans la chambre occupée par le seul prisonnier se trouvant dans la prison et ayant tenté par ce moyen de s'évader… D’ailleurs, à la suite de cet incendie, une requête est déposée le 29 décembre 1862 demandant une aide financière pour confectionner des boîtes pour les archives du bureau d’enregistrement en cas d’accident.

Saviez-vous que le 23 juin 1858 il est proposé par Philippe Beaulieu, secondé par Joseph Sirois qu'il n'y ait qu'une session du Conseil par année ? Cette proposition est cependant battue par trois voix contre deux.

Saviez-vous que le préfet de comté, est parfois une affaire de famille ? Théodore Sirois, préfet de 1862 à 1866 est le père du docteur François-Alfred Sirois qui occupe le même poste de 1875 à 1876. Eugène Garon (1891-1894) est le beau-frère de Louis-Alfred Paquet (1897-1904) alors qu’Alfred Plourde (1947-1961) est l'oncle de Jean-Claude Plourde (1968-1972).Accident ferrovière

Mort en service… Une session spéciale a lieu le 10 janvier 1891 pour trouver un remplaçant au préfet Joseph-Phydime Blais, décédé dans une terrible tragédie ferroviaire à Lévis le 18 décembre 1890 (voir photographie de l’accident). Le Journal de Fraserville nous apprend qu’il se rendait à Québec pour demander des subsides au Gouvernement pour l'établissement d’une verrerie à Kamouraska. Cette tragédie emporte également le Alexis Dessaint, alors député fédéral du comté de Kamouraska.

Saviez-vous que les aléas du temps sont de toutes les époques ? La session du 9 mars 1913 est annulée faute de quorum. Seulement trois membres sont présents à Saint-Pascal, une tempête ayant empêchée les autres maires de se rendre à la session. Même le train venant de Lévis demeure bloqué à Rivière-Ouelle.

Saviez-vous que le comté est en santé ? Trois médecins assumèrent la fonction de préfet : A.-Thomas Michaud de Kamouraska (1870-1872), N.-Alphonse Sirois de Sainte-Anne-de-la-Pocatière (1913-1915) et W.-Thomas Michaud de Saint-Pacôme (1939-1941). Le second est connu pour sa fameuse potion Sirois, potion anti-laiteuse qu'il concocte dans un laboratoire aménagé au sous-sol de sa maison (voir image de l’annonce publicitaire).

Des longévités exemplaires... À eux deux, J.-René Lavoie (1962-1975) et son fils Guy (1975-2011) ont occupé le poste de secrétaire‑trésorier pendant un demi-siècle consécutif ! Pour ce qui est des préfets, Alfred Plourde, maire de Mont‑Carmel, siège à cette fonction pendant 14 ans consécutifs (1947-1961) tout comme Marcel Barbeau de Saint-Philippe-de-Néri (1984-1997). Joseph Sirois, maire de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, demeure à la tête du conseil de comté de 1872 à 1874 puis de 1876 à 1888 totalisant ainsi un règne de 14 années.

 

Crédits photos: Archives de la Côte-du-Sud