Du Conseil de comté à la MRC de Kamouraska

Au milieu du 19e siècle, plus précisément en 1855, une loi est instaurée au Québec afin de créer des comtés et de diviser les municipalités déjà existantes. C’est donc durant cette période que le Conseil de comté de Kamouraska est créé. Dirigé par un préfet, il est constitué des maires de chaque municipalité et a pour principale fonction l’administration de ces dernières.

Ne se réunissant pas de façon régulière, en séance normale ou spéciale, les membres gèrent à l’époque les chemins et les cours d’eau (voir plan figuratif de 1872), les pensions des aliénés, les taxes municipales tout en instaurant des règlements lorsque cela est nécessaire. Ils convoquent également des séances publiques auxquelles les paroissiens détiennent un droit de parole pour régler des conflits ou des ambiguïtés.

Les premières heures du Conseil de comté de Kamouraska nous sont partiellement inconnues étant donné la disparition du premier registre en raison d’un incendie. Les premiers procès-verbaux consignés dans l’histoire datent du 10 décembre 1856. Lors de cette journée, sous la préfecture de Vincent Dubé, les maires adoptent les procès-verbaux de la réunion précédente… comme quoi le Conseil œuvrait effectivement avant cette date!

Une MRC en déménagement !

Une résolution adoptée en 1864 nous apprend que les réunions du Conseil de comté se tiennent dans une maison appartenant au marchand-aubergiste Alexis Gagné. Par la suite, le Conseil s’installe dans la salle publique pour siéger au Palais de Justice de Kamouraska. Avec le déplacement du pôle économique vers Saint‑Pascal au fil des ans, cette municipalité devient le chef-lieu du comté dès 1913. Le bureau d'enregistrement est alors aménagé dans la nouvelle salle publique de Saint-Pascal, bâtie en 1907, louée au Conseil de comté. Le lieu de réunion suivra le nouveau bureau d’enregistrement. Entre 1982 et 1989, la MRC de Kamouraska nouvellement créée sous cette appellation s’établit à l’école Monseigneur Boucher pour ensuite s’établir dans les locaux actuels.

Devenir préfet de comté

Être préfet confère une certaine notoriété. En vérité, les premiers à occuper cette fonction sont souvent des notables reconnus dans leur communauté. Vincent Dubé, le premier préfet, demeure un personnage bien en vue à Sainte-Anne-de-la-Pocatière (voir photographie). Acteur de premier plan dans la formation du Collège de Sainte-Anne en 1827, son expérience militaire le mène au grade de lieutenant-colonel de la milice du premier bataillon de Kamouraska. Pour sa part, son successeur, Jean-Baptiste Dionne, est un cultivateur prospère de Saint-Pascal qui occupera le poste de juge de paix tout comme son prédécesseur. Pour ce qui est du troisième préfet en titre, Théodore Sirois, il comptera parmi ses enfants un notaire, un prêtre et un médecin.

Le comté de Kamouraska évolue au fil du temps. De 11 municipalités à ses débuts, il en regroupe jusqu’à 22 avec certaines entités subdivisées telles que Saint-André et Andréville, Saint-Pacôme paroisse et village, Kamouraska et Saint-Louis. Saint-Athanase et Saint-Éleuthère ayant déjà fait partie du comté ne sont plus sous la juridiction de la MRC actuelle.

Le 21 novembre 1979, la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme, prévoyant la création des municipalités régionales de comté (MRC) est sanctionnée par le gouvernement provincial. La MRC de Kamouraska est créé en 1982. Aujourd'hui, la MRC compte 2 villes, 9 municipalités, 6 paroisses et 2 territoires non organisés. Autrefois choisi parmi ses pairs, le préfet de la MRC de Kamouraska est élu au suffrage universel depuis novembre 2005.

 

À consulter :

 

Crédits photos: Archives de la Côte-du-Sud